Depuis des décennies, la musique congolaise est reine sur la scène musicale africaine. Les artistes congolais sont des légendes qui ont rempli les plus grandes salles de concert du monde, et les gens ont longtemps aimé, pleuré, vécu et dansé au rythme des rythmes congolais.

De la rumba aux ballades et au ndombolo, voici les meilleurs groupes et musiciens congolais que vous devriez écouter en ce moment.

Koffi Olomidé

Avec plusieurs disques d’or dans sa carrière, Koffi Olomidé est une superstar de la musique Congolaise.

C’est un producteur, compositeur, danseur et chanteur dont la renommée s’étend dans le monde entier.

Il a réussi à remplir les plus grandes méga-salles de France que de nombreux artistes français eux-mêmes n’ont pas réussi à emballer.

Koffi est également connu sous une variété de surnoms autoproclamés tels que « Mopao Mokonzi » (traduction par « le chef »), « le Maximum » et « Lettre A », faisant référence à la première lettre de l’alphabet. « Effrakata Loi » et « Force de Frappe » sont deux de ses chansons que vous devez connaître.

Werrason

Aussi célèbre à travers le pays que Koffi Olomide, Werrason est le plus grand concurrent d’Olomide.

Ils ont tous les deux un vaste répertoire de musique ndombolo, sont des danseurs incroyables avec un style similaire, partagent une fierté et une arrogance bien connues et ont une très grande base de fans dans tout le pays.

Cependant, Werrason est moins connu à l’étranger. Contrairement à Olomidé qui ajoute de la poésie à sa musique, Werrason est un maître du ndombolo (soukous) dans sa forme la plus pure.

Au début de son adolescence, Werrason a remporté un concours d’arts martiaux et a été surnommé « Tarzan, le Roi de la Forêt ». Ce plus tard abrégé en « Roi de la Forêt », signifiant le roi de la forêt, comme on l’appelle aujourd’hui.

JB Mpiana

JB Mpiana est un musicien congolais qui faisait partie du groupe Wenge Musica, l’un des grands groupes de N’dombolo/soukous (lingala/rumba congolaise) de la RD Congo.

Il a commencé son propre groupe après Wenge Musica, appelé Wenge BCBG.

J.P. Mpiana était avec Werrason dans le très populaire Wenge Musica du Zaïre qui a depuis été rebaptisé D.r. Congolais. Les deux musiciens se sont ensuite séparés avec chacun d’eux à la tête de groupes musicaux distincts.

Très belle voix, JB Mpiana incarnait l’image et la structure vocale de Wenge Musica avec son ami intime Werrason qui s’occupait des finances de l’orchestre. C’est pourquoi, on ne peut jamais parler du maréchal Mukulu wa Bankulu sans mentionner le nom du roi de la forêt.

Dans les années 1980, il devient président et l’une des têtes d’affiche du groupe Wenge Musica avec Didier Masela, Werrason, Adolphe Dominguez, Alain Makaba et Blaise Bula jusqu’à sa dislocation en décembre 1997. À la suite de cette dislocation, Mpiana va créer Wenge BCBG avec pratiquement la majorité des membres du groupe quittant de leurs côtés Werrason, Didier Masela et Adolphe Dominguez pour créer Wenge Musica Mother House.

Il s’impose en 1997 avec son premier album solo, Feux de l’amour, notamment avec le titre phare Ndombolo.

Papa Wemba

Papa Wemba, ou Jules Shungu Wembadio Pene Kikumba, était un rebelle, prolifique, une icône de style, parfois notoire et toujours innovante, qui était bien connu comme l’un des pionniers de la musique soukous congolaise moderne.

Mais il était très clair sur la façon dont il voulait qu’on se souvienne de lui, selon les notes de pochette de son album Emotion de 1995.

“Quand les gens parlent de Papa Wemba, je ne veux pas qu’ils disent que je suis un chanteur africain ou un chanteur de musique du monde”, a-t-il déclaré. “J’aimerais que les gens disent juste ‘chanteur’. Parce que c’est ce que je suis. Un chanteur. Point final.”
Il a trouvé une reconnaissance mondiale et son album Emotion de 1995, publié par Peter Gabriel’s Real World Records, s’est vendu à plus de 100 000 exemplaires – mais ce n’était qu’un de ses plus de 35 enregistrements.

Dimanche matin, Papa Wemba, le roi du Rumba Rock, est décédé sur scène en faisant ce qu’il aimait le plus, et la dernière chose qu’il a entendue en mourant était sa propre musique jouée.

N’Yoka Longo

Le chanteur et compositeur congolais Nyoka Longo est un membre original de l’un des groupes de danse les plus importants d’Afrique : Zaïko Langa Langa.

Fondé en 1969, ce groupe d’étudiants, formés à la rumba classique et enhardi par l’esprit du rock’n’roll de l’époque, a introduit une nouvelle prise de son congolaise, à haute énergie et axée sur la guitare électrique.

Les anciens membres du groupe, qui comprend souvent plus de vingt musiciens et danseurs, incluent Papa Wemba, Evoloko Jocker, Bozi Boziana et Pepe Feli.

En 1988, le groupe s’est divisé en deux factions distinctes. Alors que plusieurs membres ont formé le groupe de courte durée, Zaiko Langa Langa Familia Dei (Family Of God), Longo a continué à travailler avec une programmation remaniée.

Ferré Gola

Ferre Gola est un chanteur, auteur-compositeur et danseur né à Kinshasa. Depuis son plus jeune âge, Gola a toujours rêvé de devenir musicien ; un rêve qui deviendra réalité en 1995 lorsque Werrason le voit chanter lors d’une foire organisée à Bandalungwa à Kinshasa.

Werrason le recrute pour rejoindre le groupe Wenge Musica 4×4 BCBG. Depuis, Gola a fait partie de plusieurs groupes, dont Quartier Latin, avant de débuter sa carrière solo fin 2006.

Son premier album solo, Sens interdit, a connu un énorme succès à Kinshasa, ainsi qu’en France, aux Pays-Bas et en Belgique. , où tout le monde s’est précipité pour acheter l’album.

En 2014, sa chanson “Pakadjuma” a pris la cinquième position du Top 10 de Trace Africa et “Chichiwash” la troisième du Top 30, devenant tous deux des succès internationaux.

Fally Ipupa

Fally Ipupa est actuellement l’artiste le plus populaire de la RD Congo ; il est la fierté de la nation.

Il est d’abord devenu populaire grâce à Quartier Latin, un groupe de chanteurs qui accompagnerait Koffi Olomidé dans le chant et la danse, avant qu’Olomide ne commence à présenter Ipupa seul.

Désireux de se séparer de son mentor, Ipupa décide de lancer sa carrière solo, mélangeant le soukous ndombolo local avec des rythmes R&B.

Ipupa est également connu à travers ses surnoms autoproclamés et assez élaborés tels que “Di Caprio”, “Anelka” et “El Maravilloso”.

Aucune fête congolaise ne serait complète sans des chansons d’Ipupa telles que “droit chemin, ko ko ko ko” et “kidiamfuka” jouées au moins une fois.

0 0 votes
Article Rating
Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments