Huit ans de prison ont été requis lundi contre la star de la rumba congolaise Koffi Olomidé, jugé devant la cour d’appel de Versailles, près de Paris, pour agressions sexuelles et séquestration de quatre de ses anciennes danseuses lors de tournées en France, accusations qu’il a fermement défendues .

A 65 ans, le chanteur franco-congolais à la renommée internationale s’est expliqué pour la première fois en public sur les charges retenues contre lui, alors qu’il n’avait pas assisté à son premier procès en 2019.

Il avait été condamné en première instance à deux ans de prison avec sursis pour « agression sexuelle » sur l’une des jeunes femmes, déclaré mineur au moment des faits, et libéré pour la plupart des autres chefs d’accusation. Le parquet, qui avait requis sept ans d’emprisonnement, avait fait appel.

Lundi, le parquet a demandé de renverser “l’épave” du premier jugement et de déclarer coupable cet “homme puissant”, star internationale qui vit désormais en France.

Les quatre plaignants, assis au premier rang, ont porté plainte entre 2007 et 2013, accusant Koffi Olomidé de les avoir enfermés dans une maison gardée près de Paris, lors de ses tournées françaises entre 2002 et 2006, et de les avoir forcés à avoir des relations sexuelles. relations avec lui, de façon régulière pour certains.

“Il n’y a absolument aucune preuve matérielle à l’appui des affirmations des plaignants”, a déclaré Antoine Vey, avocat du chanteur, plaidant pour sa libération.

Le jugement a été ajourné au 13 décembre. Koffi Olomidé avait déjà été condamné en RDC en 2012 pour violences, et avait été expulsé du Kenya en 2016 pour avoir donné un coup de pied à l’un de ses danseurs.

0 0 votes
Article Rating
Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments