Augustin Kayembe, un Katangan âgé de 53 ans, né en Zambie, a des parents congolais et vit à Johannesburg. Kayembe s’est imposé au cours d’une carrière de trois décennies parmi les plus grands promoteurs de musique du continent et le champion incontesté de la vie nocturne africaine.

Il a commencé par vendre des boissons rafraîchissantes et des bières dans une glacière dans les rues de Lubumbashi, la capitale minière, puis a ouvert son propre bar et lancé la première discothèque Chez Ntemba dans la même ville. Aujourd’hui, Kayembe est à la tête d’un empire de plus de 40 personnes chez Ntemba.

La première discothèque Chez Ntemba a été fondée en 1992 à Lusaka. En 2014, il y avait 41 clubs de nuit dans toute l’Afrique. La marque a créé une franchise populaire à travers l’Afrique, qui plaira à la société africaine, mature et amusante, qui absorbe de manière ludique et à tous ceux qui souhaitent la briser dans un environnement métissé au niveau international.

Chez Ntemba, le spectacle live, la qualité exceptionnelle du son, le service de qualité et la variété des aspects culturels et de divertissement font la différence.

Personne d’autre sur le continent ne s’est jamais approché de son accomplissement.

Ceci, ajouté au fait que tous les clubs prospèrent, fait de Kayembe le champion incontesté de la vie nocturne africaine.

Cette année, Kayembe a ouvert son premier hôtel, Chez Hotel Inn, à côté de l’une de ses deux discothèques à Johannesburg, dans le quartier chic de Melrose.

Comme à Kinshasa, la qualité du son est parfaite, l’éclairage est bon, il y a beaucoup de miroirs, les DJs savent ce qu’ils font et de jeunes fêtards bien habillés arrivent en masse.

Mais la RD Congo vaut aussi à Augustin Kayembe de nombreux problèmes. Le premier d’entre eux, ce sont « les combattants », ces opposants exilés, radicaux et volontiers violents.

Présents, notamment, en Afrique du Sud, ces hommes l’accusent d’être proche du président Joseph Kabila et d’organiser des concerts avec des stars congolaises, selon leur expression, comme Koffi Olomidé, Fally Ipupa, Ferre Gola ou Werrasson. « Tout cela est faux, se défend Kayembe.

Je n’ai jamais rencontré Kabila et je n’ai pas d’amis ni de famille en politique. Le seul dont je suis très proche, c’est le (ex) gouverneur du Katanga [Moïse Katumbi]. C’est un frère. Mais c’est parce que nous avons grandi ensemble à Lubumbashi. »

Leave a Reply

avatar
  Subscribe  
Notify of